Qu’est ce l'I.C.O ?

Une Initial coin offering (ICO) est une méthode de levée de fonds fonctionnant via l’émission d’actifs numériques échangeables contre des crypto-monnaies

Une Initial coin offering (ICO) est une méthode de levée de fonds fonctionnant via l’émission d’actifs numériques échangeables contre des crypto-monnaies durant la phase de démarrage d’un projet. Ces actifs, appelés "tokens" (jeton numérique), sont émis et échangés grâce à la technologie blockchain.

Les Initial Coin Offering sont parfois comparées aux Initial public offering (IPO), néanmoins les deux méthodes diffèrent en plusieurs points.

La principale différence tient au fait qu’une IPO permet à des investisseurs d’acquérir des parts de capital d’une entreprise, alors qu’une ICO permet d’acquérir des jetons digitaux, appelés tokens, qui le plus souvent ne représentent pas des parts du capital. Ces jetons représentent, par exemple, un droit d’usage du service qui est appelé à être développé. Suite à une ICO, les jetons deviennent échangeables sur des plateformes de crypto-monnaies.

Le nombre d’ICO est resté très limité jusqu’à fin 2016.

L’année 2017 a marqué un tournant, aussi bien au niveau du nombre d’opérations réalisées que des montants levés.

En octobre 2017, le montant total levé en ICO dépassait les 3 milliards de dollars, alors que moins de 100 millions de dollars avaient été levés avec cette méthode en 2016. De même, alors que moins de 50 ICO avaient été réalisées en 2016, le cap des 200 ICO réalisées en une année a été dépassé en octobre 2017.

Parmi les 10 plus grandes ICO en termes de montants levés, une seule a été effectuée avant 2017 (il s’agit du projet TheDAO, qui a levé près 150 millions de dollars en 2016 avant d’être victime d’un piratage conduisant à l’arrêt de son développement).

Les ICO permettent à tout internaute disposant de crypto-monnaies d’investir dans des projets qu’il juge prometteurs.

Pour Balaji Srinivasan, associé du fonds d'investissement Andreessen Horowitz, « les ICO feront tomber la barrière entre investisseurs professionnels et acheteurs de tokens de la même façon qu’Internet a fait tomber la barrière entre journalistes professionnels d’une part, et blogueurs et utilisateurs de Twitter d’autre part ».

Pour les entrepreneurs, lever de l’argent en ICO permet de s’affranchir de certaines contraintes des levées de fonds en capital-risque, notamment d'éviter de diluer le capital de l'entreprise. Cette méthode s’adresse en effet aux internautes du monde entier, qui peuvent avoir d’autres critères d’investissement que les fonds de capital-risque. En outre, géographiquement, un projet initié dans la Silicon Valley est en théorie placé sur un pied d’égalité en termes de financement avec un projet initié ailleurs dans le monde.

Les ICO ouvrent la voie à de nouveaux modèles d’affaires.

Une fois l’ICO terminée, les détenteurs de tokens ont en effet intérêt à ce que le projet devienne par la suite un succès, afin de pouvoir à terme utiliser leurs tokens ou bien espérer en tirer une valeur financière supérieure à leur valeur d’achat. Il existe donc une incitation financière à rejoindre le plus tôt possible le réseau.

Le marché des ICO est régulièrement pointé du doigt pour ses tendances spéculatives jugées parfois irrationnelles , pour le relatif vide juridique dans lequel il évolue, et pour le manque de transparence de certaines opérations.

Ainsi, les investisseurs n’ont aucune garantie en échange de l’achat des jetons lors de l’ICO. Ce type d’opérations n’étant le plus souvent pas encore régulé, il n'existe aucun filtre réglementaire pour effectuer une vente de jetons numériques, ce qui alimente les risques d’arnaques.

Parmi les autres risques figurent la volatilité des cours des crypto-monnaies, le risque que certains investisseurs monopolisent les achats de jetons durant l’ICO, ou encore le risque de congestion du réseau lors de certaines opérations.

Le développement des arnaques en ICO a conduit plusieurs pays, dont la Chine et la Corée du Sud, à annoncer l’interdiction provisoire de cette méthode de financement sur leur territoire. Aux États-Unis, la Securities and Exchange Commission (SEC) a qualifié en juillet 2017 les jetons du projet « TheDAO » de titres financiers, jugeant qu'ils accordaient un droit de vote associé à une récolte de profits ; cette décision constitue un avertissement pour les projets émettant des jetons de nature similaire. En France, l’Autorité des Marchés Financiers a initié une réflexion et appelle à la prudence.

Le wallet Keplerk

Dès votre inscription vous bénéficierez d'un wallet pour chaque cryptomonnaie disponible.

Disponible
Disponible bientôt
Support Center

Des outils simples à la portée de tous ont été mis en place pour la création de votre compte KeplerK. Si toutefois vous rencontrez des difficultés, notre support technique est disponible 24/7.

Appelez le 36 20 et dites "Keplerk"
service gratuit, prix d'un appel local